top of page
  • Photo du rédacteurFO 56

🚩⚡✊MOBILISATION INTERSYNDICALE : Retraité.e.s, avec ou sans tracteur, toutes et tous dans la rue le 26 mars 10h30 devant la sous-préfecture de Lorient



tract définitif du 26 mars VI AG
.docx
Download DOCX • 77KB

affiche -retraités-mobilisation-26mars 2024-lorient

Les faits contredisent les promesses : Pour les personnes en retraite, l’augmentation des prix subie est supérieure à l’inflation « officielle ».

« Dans les cinq ans qui viennent, je ne touche pas à la retraite de celles et de ceux qui sont aujourd’hui des retraités. Leur retraite sera préservée, il n’y aura pas de perte de pouvoir d’achat, c’est essentiel »

ça, c’était la promesse du candidat Emmanuel Macron en 2017.


La réalité, les faits, ce sont une inflation de 17 % depuis début 2017 et des décisions politiques de gel des pensions ou de revalorisation inférieure à l’inflation qui ont limité l’augmentation des pensions à 7,9 % depuis le début de 2017.


Nos pensions enregistrent une perte par rapport à l’inflation constatée par l’indice INSEE. Alors que celui-ci minore l’augmentation des produits les plus élémentaires pour la majorité des retraités : alimentation, énergie, logement et n’oublions pas la hausse de la CSG.


  • L'énergie du logement augmente énormément, pèse 5,2 % dans la consommation des ménages et 6,2 % pour les plus de 74 ans, qui sont plus souvent «à la maison».


  • Le coût de l'alimentation, qui augmente bien plus que l’inflation, représente plus de 20 % des dépenses des plus de 74 ans contre seulement 11 % chez les moins de 35 ans. En un an, l’alimentation a augmenté de 7,6 % pour les séniors.


Toutes les personnes en retraite ont perdu entre 7,4 et 10 %de pouvoir d’achat par rapport à l’indice INSEE, plus le cumul des pertes de chacun qui s’élève à près de 3 mois de pension ! C’est pire pour celles et ceux qui ont subi l’augmentation de 25 % de la CSG en 2018 : perte de 4 mois de pension ! Tout cela engendre une augmentation de la pauvreté des retraité·es les plus démunis. Et, en même temps, en France selon Oxfam, en dix ans, le nombre de milliardaires a été multiplié par trois, leur fortune a été multipliée par quatre.


Pour les personnes en retraite, la santé coûte de plus en plus cher, trop cher !


Les ressources de la Sécurité sociale ont été asséchées par les gouvernements successifs, notamment par une politique d’exonérations et par le transfert à la Sécurité sociale de la dette Covid. Ils réduisent le rôle de la Sécu : Doublement du montant des franchises et participations forfaitaires, transfèrent les compétences de la Sécu aux complémentaires santé, ce qui augmente le tarif des complémentaires santé, de 40 % depuis 2018, de +7,1 % en 2023 et de +20 % pour les séniors en 2024.


Nous revendiquons le 100 % Sécu pour les soins et des services publics de proximité ainsi qu’un grand service public de l’autonomie avec zéro reste à charge.

Après l’augmentation de 0,8% accordée en janvier 2023, la revalorisation des pensions de

base de 5,3 % au 1 er janvier 2024 n’est pas un cadeau, il s’agit de la stricte application (enfin!) de l’article L.161-25 du Code de la Sécurité sociale qui revalorise chaque année la pension de base en fonction de l’inflation.


Nos mobilisations du 24 octobre ont imposé le respect de la loi. Il est à craindre, au vu des réactions sur cette revalorisation, une prochaine non prise en compte de l’inflation pour le calcul des pensions en 2025.


Le 26 mars prolonge le 24 octobre,

sa réussite imposera la prise en compte de nos revendications.

 
logo FO56

FO56

📱02 97 37 66 10

📍3 Boulevard Cosmao Dumanoir 56100 Lorient

⌚ du Lundi au vendredi de 09:00 à 12:00 de 13:30 à 17:30

🔴 www.fo-56.fr



Comments


bottom of page