Les bienfaits sociaux et climatiques de la relocalisation en France

Dernière mise à jour : mars 25


La chine, un pays à bas coûts salariaux

La sous-traitance chinoise est t-elle un bienfait pour notre économie?

Si nous souhaitons avoir une croissance rapide oui, mais de façon pérenne, non.

De plus, la qualité des produits laisse parfois à désirer.

Les usines françaises ont enclenché la fermeture et la délocalisation des usines en Chine.


Les ouvriers ont perdu leurs emplois et leur pouvoir d’achat.

Alors cette relocalisation peut être une solution sociale, économique et même environnementale. on va vous expliquer pourquoi.

Les constructions de voitures électriques, une fausse bonne idée.

N'y a t-il pas un paradoxe européen à travers la norme Ecocert 2 à vouloir éradiquer les véhicules diesel et dans le même temps continuer à faire venir les produits manufacturés du bout du monde par des portes containers qui polluent : En 2009, le Guardian ainsi que le Daily Mail écrivaient qu'une quinzaine de porte-conteneurs suffisaient à produire autant d'oxydes de soufre que les 760 millions de voitures en circulation sur la planète. Un calcul qui s'appuie sur le travail du professeur américain James Corbett, chercheur à l'université du Delaware.


"Les voitures qui parcourent 15 000 km par an émettent approximativement 101 grammes d'oxyde de soufre pendant cette période", écrit le Guardian, contre "5 200 tonnes" pour les plus gros navires de la planète qui, eux, "opèrent environ 280 jours par an".

Le tout véhicule électrique est-il le bon choix sachant que notre production d'électricité est inférieure à celle de la consommation du parc automobile si chaque français se dote d'un véhicule électrique ? Comment résoudre cette question au moment où la France démantèle son parc nucléaire et où la production d’éolienne ou solaire dépendent d'éléments peu maîtrisables et peu constants (soleil, vent).


Il existe des alternatives comme le gaz naturel. Par exemple: Les voitures au gaz naturel, et l’ensemble des véhicules qui roulent au GNV, présentent un avantage majeur : leurs faibles émissions de polluants. Il s’agit donc d’un type de gaz particulièrement intéressant quant aux problématiques de mobilité durable.


La combustion de GNV rejette ainsi bien moins de CO2 que l’essence, et quasiment pas de particules fines. Même chose pour l’émission de Nox (des polluants propres à la combustion des énergies fossiles) bien inférieure à la norme européenne Euro VI(1)(2). Les voitures et véhicules au gaz naturel sont peu bruyants et dégagent peu d’odeur. Elles ont une autonomie de 500KM . Et surtout le prix du gaz est 30% moins cher que le diesel. Oui la construction d’une voiture est polluante mais si celle-ci est fabriquée localement pour être de qualité et durable. Non seulement les ouvriers auront du travail, ils auront une mission de qualité pour un produit peu polluant.

En ville, la voiture n’est pas nécessaire mais à la campagne, c'est malheureusement indispensable.

Le démantèlement de la filière automobile un coût social

Le démantèlement de la filière automobile thermique a un coût social : actuellement sont menacées les fonderies de Bretagne, du Poitou, Bosch à Rodez. (cf : lettre du secrétaire général de l'UDFO56 )

Nous nous questionnons aussi sur la faible autonomie des véhicules électriques pour ceux qui doivent effectuer de longues distances chaque jour.


"A la différence des véhicules thermiques, la majorité des impacts environnementaux d'un véhicule électrique interviennent lors de la phase de fabrication", confirme l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), dans un avis publié en 2016.


Quel est l'impact environnemental de la fabrication des batteries, du recyclage de celles-ci...

L'emploi industriel n'est pas l'ennemi du climat s' il est encadré comme il est en France.

Maintenant, croyez-vous franchement que ce qui est fabriqué au bout du monde respecte les normes sociales et environnementales?

FO56 vous informe