• FO 56

PRESSE : CFA à Lorient. Une grève appelée à être reconduite

Ouest-France, Delphine LANDAY, Publié le 18/01/2022 à 19h51


Les formateurs du Centre de formation des apprentis (CFA) étaient en grève ce mardi 18 janvier 2022, à Lorient (Morbihan).


En cause, la hausse du temps de travail.

Les formateurs du Centre de formation des apprentis (CFA) étaient en grève ce mardi 18 janvier.


Ils dénoncent le passage aux 1 607 heures sans compensation.


« Nous sommes concernés par le passage aux 1 607 heures qui vise l’ensemble des agents de la fonction publique territoriale en France », présente Nicolas Le Quellec, délégué à l’union départementale de Force ouvrière (FO). Après les agents de la ville et ceux de Lorient Agglomération, c’est au tour des formateurs du CFA de Lorient (Morbihan) de se mettre en grève dans le cadre de la mise en application légale des 1 607 heures.


« Travailler plus sans compensation, c’est non »

« On nous impose cette augmentation du temps de travail sans compensation,

pour nous c’est non ! » Après des discussions, lundi, avec la direction et l’élu

référent, Michel Le Lann, conseiller délégué aux ressources humaines de la ville de

Lorient, aucun accord n’a pas pu être trouvé.


« Cela représente 67 heures en plus, notre souhait est d’avoir une compensation », martèle le représentant syndical qui estime que les formateurs ne sont plus considérés. Pointant d’autres pertes comme le passage hors classe en fin de carrière. « C’était automatique, en fin de carrière, au titre du mérite. Or, on nous dit que nous ne sommes plus forcément méritants.»


45 formateurs, 400 élèves


Le CFA de Lorient compte vingt-cinq formateurs équivalent temps plein et accueille

400 élèves. Il forme aux métiers de la pharmacie, de la mécanique, cuisine, vente,

chaudronnerie, poissonnerie…


Les grévistes comptent maintenir la pression. « Rajouter 20 h de face-à-face

pédagogique revient à supprimer un poste d’ici la fin de l’année. On ne peut

pas faire notre boulot sans moyen, sans argent, sans considération… On

refera grève si on continue à nous prendre pour des imbéciles. »


« La Ville attentive »


En réponse au mouvement, Fabrice Loher, maire de Lorient, pointe dans un

communiqué « la mobilisation de moyens exceptionnels » pour mener ce dossier

de mise en conformité du temps de travail. « Au cours des négociations, la Ville a

été attentive au maintien de la qualité de leurs conditions de travail, tout en

tenant compte des enjeux en matière d’apprentissage. »