• FO 56

💀🆘SANTE | SMNH FO : “On n’a même plus les moyens de l'humanité. On a sombré. C'est monstrueux.”


Paris, le 5 septembre.

« On n’a même plus les moyens de l'humanité. On a sombré. C'est monstrueux. » propos rapportés de médecins urgentistes de Paris par le journal libération du 1er septembre 2022.

« Un intérimaire n'est pas venu prendre sa garde au CHU, il y 70 malades en attente, du coup on a ouvert les urgences du centre périphérique à 25 km pour délester le CHU sans médecin sur place et je me suis retrouvé tout seul dans un service d'urgence. » nous rapporte Charles, interne.

« Avec la réforme PAS LAS j’ai échoué deux fois au concours une fois à 30 places, une fois à 10 places, je veux être médecin, je fais une troisième année à Cluj en Roumanie. », Léonard.

« Je suis Cardiologue avec un diplôme hors UE, j’ai eu 12.80 à l’examen, il fallait avoir 12.81, je vais rentrer au Pays alors que le service aurait grand besoin de moi et j’aurai vraiment aimé m’intégrer, je l’ai prouvé en restant 3 ans loin de ma famille dans des conditions invraisemblable », Dr T.

« On m'a interdit de poursuivre mes études de médecine parce que je ne répondais pas à l'obligation vaccinale. » nous rapporte en ce début septembre une étudiante de 3 ème année.

« Il n'y a aucun médecin de garde dans tout le département ce soir » nous rapporte les syndicalistes de Laval et de Château Gonthier (Mayenne).

« Une enfant de 28 mois avec une malformation cardiaque et un syndrome de West doit attendre 3 mois et demi pour la simple pose d’un aérateur trans tympanique alors que l'enfant a une surdité qui génère un retard de développement et que trois mois ça compte. » nous rapporte un ORL du CHU. Question pour tout chirurgien en France : l’accès bloc opératoire.

Au centre hospitalier de Vienne le directeur de l’ARS fait fermer le service d’orthopédie en un seul jour, suspendant arbitrairement le chef de service pour de fallacieux motifs non prouvés. Le lendemain de cette décision : plus de consultation, plus d'opération, plus d'avis « séniorisés » aux urgences, de source syndicale.

Dans un autre établissement les chirurgiens rapportent devoir choisir entre cholécystectomie urgente et occlusion néoplasique. Plusieurs malades sont morts par retard de prise en charge, nous rapporte la présidence de CME de cet établissement de la région Auvergne Rhône Alpes.

Nous n’avons pas ici la place de revenir sur la catastrophe en psychiatrie, ni sur le fait que dès qu’un service fonctionne un peu il est la cible d’attaque au prétexte d’aller renforcer le voisin qui dysfonctionne plus que lui.

À la question : « monsieur le ministre avons-nous évité la catastrophe ? » François Braun répond sans hésiter OUI. Devons-nous accorder à cette réponse le même crédit que lorsqu’il explique à Nantes que les services d'urgence ne sont pas fermés et qu'il faut arrêter de faire peur aux gens.

C’est dans ce contexte et cet état d’esprit que les schémas régionaux d’organisation sanitaire se préparent avec : poursuite des fermetures de lits y compris en réanimation et soins intensifs, poursuite des restrictions de personnels médicaux et non médicaux.

Des collègues, des médecins ont été licenciés ou suspendus en application de la loi liberticide du 5 août 2021 conduisant à de multiples suspensions. Des procédures disciplinaires sont engagées contre des médecins pour leurs prises de positions et avis sur les épidémies et la politique sanitaire du gouvernement ou simplement pour avoir discuté le projet médical de leur établissement avec compétence et indépendance. Pour faire passer ces mesures le gouvernement a décidé de couper les têtes qui dépassent comme au CHU de Montpellier, Bordeaux ou à l'AP-HP (dossiers portés à notre connaissance par les intéressés).

En suspendant arbitrairement des chefs de service qui portent leur projet médical le gouvernement espère faire accepter son programme pour l’hôpital par la force.

Pour notre part, nous allons poursuivre notre combat pour la satisfaction des revendications capable de nous faire collectivement sortir de cette CATASTROPHE.

Les personnels médicaux et non médicaux ne partagent pas le point de vue de Monsieur Braun, et constatent qu’une entreprise de destruction massive est à l’œuvre. Le dire constitue un point d’appui, le taire une forfaiture.

Nous avons partagé des propositions avec d’autres syndicalistes, ces propositions ont été adressées aux nouveaux députés et aux sénateurs par voie de presse. Ni le ministre le 4 décembre 2021, ni le président de la république ne nous ont entendu, pour le moment.

Rejoignez le SMMH FO, participer à son congrès les 7 et 8 octobre prochain, prenez contact avec un syndicat de médecin au sein de la fédération des services publics et de santé FO. C’est un point d'appui pour l'unité dans le combat pour la défense du service public hospitalier, de ses statuts et de ses moyens pour le soin.



CONTACT : Dr Cyrille Venet

Secrétaire général SNMH FO

venet_cyrille@yahoo.fr

PS : Nous apprenons en dernière minute que le Pr Christian Perronne est convoqué très prochainement devant la chambre disciplinaire du conseil régional de l’Ordre des médecins d’Ile-de-France. Nous communiquerons dans le détail dans la semaine sur ce dossier. En effet cette affaire n’est pas une affaire parmi d’autres et fera l’objet d’un traitement spécial par notre syndicat.



comm-septembre-22
.pdf
Download PDF • 607KB

FO56

gif

📱02 97 37 66 10

📧contact@fo56.fr

📍3 Boulevard Cosmao Dumanoir 56100 Lorient

⌚ du Lundi au vendredi de 09:00 à 12:00 de 13:30 à 17:30

🔴 www.fo-56.fr