• FO 56

Les unions locales Cgt et FO de Lorient apportent tout leur soutien au mouvement de grève (suite)

Port de pêche de Lorient


Communiqué des Unions locales CGT et FO de Lorient


Les unions locales des syndicats Cgt et FO de Lorient apportent tout leur soutien

au mouvement de grève des salariés du port de pêche de Keroman qui ont

débrayé massivement de 10h à 11h le mercredi 8 juin. Ils ont décidé à une très

large majorité de reconduire leur mouvement jeudi 9 juin pendant 24h.

Les salariés avec leurs organisations syndicales CGT et FO du port de pêche,

revendiquent une autre gestion des relations sociales et humaines au sein de

l’entreprise, respectueuses de la dignité des salariés, de leurs emplois, de leurs

conditions de travail et de salaire.


La direction de la SEM Keroman a fait savoir alors que les salariés débrayaient,

qu’elle s’engageait à répondre aux problèmes soulevés par les organisations

syndicales de l’entreprise. Il aura donc fallu un mouvement de grève pour que

l’attention portée aux revendications des salariés et de leurs syndicats soit suivie

de mots.


Pour autant, seuls les actes comptent. Nos unions locales CGT et FO de Lorient

seront vigilantes quant aux suites que la direction de la SEM Keroman entend

donner à ses intentions affichées. Les conclusions de l’audit de 2018 sont restées

lettre morte. Et la situation s’est depuis aggravée. Ce qui légitime la défiance des

salariés vis à vis de la direction.


C’est pourquoi nous appelons la Région Bretagne et Lorient Agglomération à ne

pas fuir leurs responsabilités et à peser auprès de la direction de l’entreprise afin

que de véritables changements aient lieu pour le quotidien des salariés.


Rémi HAMON

Secrétaire général Union locale Cgt de Lorient

0679675299


Pierrick SIMON

Secrétaire général FO 56.

0297376610


Ouest-France Renaud GARNIER.

Publié le 09/06/2021 à 20h23

👇

"Lorient. Le mal-être des agents du port de pêche en grève

Un débrayage d’une heure ce mercredi 9 juin 2021, suivie d’une grève de 24 heures

jeudi. Les salariés de la SEM Keroman dénoncent la dégradation du climat social,

sur fond d’une profonde défiance envers la direction.


A l’appel de l’intersyndicale CGT-FO, les personnels de la SEM du port de pêche ont débrayé

une heure ce mercredi. Avant de décider de durcir le mouvement avec une grève de 24 heures ce jeudi.



image OUEST-FRANCE


« Ce sont des Thénardier et nous des Cosette », assène Jean-Marie Duclos,

secrétaire de la section CGT de la SEM (société d’économie mixte) du port de pêche

de Lorient Keroman (Morbihan). Et le « petit personnel », dit-il en reprenant un

terme employé par un cadre de la direction, fait entendre un profond malaise,

persistant depuis des années.


À l’appel de l’intersyndicale CGT-FO, une quarantaine des 87 salariés de la SEM du

port de pêche a observé une heure de débrayage, entre 10 h et 11 h, ce mercredi

matin. Ils ont acté dans la foulée, par un vote à main levée, la poursuite de la grève

durant 24 heures ce jeudi. En cause ? La dégradation du climat social sur le port de

Keroman et les risques psychosociaux.


Manutentionnaires de l’aire de réparation navale, techniciens de maintenance,

agents de nettoyage, caristes, vendeurs à la criée, les personnels non administratifs

sont sur le pont à exprimer à l’unisson leur « ras-le-bol ». Pas de reconnaissance, ni

d’écoute. 

« Il n’y a pas de discussion possible », 
« C’est un management par la peur », 
« La situation est vraiment grave »,

commentent tour à tour trois salariés.

Des problèmes de longue date

« Cela fait sept ans qu’on expose les problèmes et qu’ils ne font rien », insistent

les deux délégués Andrev Robo, (CGT) et Franck Tonnerre (F0). Évoquant pelle

mêle, « des comportements irrespectueux, du harcèlement et des discriminations ». Illustration de tout cela : un turnover dans les effectifs supérieur à 10 % chaque année.

Une étude avait pointé, en 2018, la nécessité de remettre de la confiance au travail.

« Tout cela a été enfoui sous le tapis », note Jean-Marie Duclos.


Et on en arrive aujourd’hui à cette grosse colère.

Une réunion de trois heures mardi midi, avec la direction, en présence de

représentants de l’agglomération et de la Région aurait pu permettre de déminer la

situation. « Ils nous ont dit qu’ils allaient prendre cela à bras-le-corps.

Mais nous n’avons plus confiance dans la capacité de la direction à traiter les

problèmes. Nous demandons une intervention extérieure », soulignent les deux

délégués. Ce qui a amené les salariés à reconduire leur mouvement de grève ce jeudi.

L’ensemble des usagers du port ont été immédiatement prévenus que l’activité du

port allait fortement s’en ressentir avec une vente sous criée dégradée.


La main tendue du nouveau PDG Olivier Le Nézet, PDG de la SEM Keroman depuis cinq mois, assure de son côté « avoir fait des propositions cohérentes pour régler les problèmes. On

s’est engagé à traiter les sujets sur le vécu au travail. Les propos

discriminatoires ne sont pas tolérables. Nous allons faire un rappel très ferme

là-dessus. » Il réaffirme surtout œuvrer à remettre tout le monde « autour de la

table » et à retrouver les conditions d’un dialogue social apaisé. « Il est important et

utile que les salariés soient en confiance avec leur nouveau PDG. »"

-----------------------------------------------------------

Ouest-France Renaud GARNIER.

Publié le 10/06/2021 à 12h33


"Lorient. La grève reconduite au port de pêche



Les agents en grève du port de Lorient (Morbihan) annoncent la poursuite du

mouvement jusqu’au vendredi 11 juin 2021. Les salariés de la Sem keroman

dénoncent la dégradation du climat social et en appellent à la Région.


À l’appel de l’intersyndicale CGT-FO, les agents du port de pêche ont décidé de reconduire le

mouvement de grève durant 24 heures.


La main tendue d’Olivier Le Nézet, président de la Sem (Société d’économie mixte)

Keroman, à Lorient (Morbihan), et ses engagements à régler les problèmes sont

restés sans effet ce jeudi. À l’appel de l’intersyndicale CGT-FO, les agents du port de

pêche en grève ont décidé de reconduire le mouvement durant 24 heures, jusqu’au

vendredi 11 juin 2021.


Défiance envers la direction


Ils dénoncent principalement la dégradation du climat social et les risques

psychosociaux qui en découlent. En pointant des « comportements irrespectueux,

du harcèlement et des discriminations ». Ils affichent une profonde défiance

envers la direction de la Sem et en appellent aujourd’hui à l’intervention de la

Région, propriétaire du port de pêche.


« Nous interpellons le président Loïg Chesnais-Girard. Quand il est venu le 3

juin à Lorient, il a dit être à l’écoute des salariés. Nous demandons de manière

urgente à la Région Bretagne la mise en place d’un plan de lutte et de

prévention sur les risques psychosociaux, notamment des cas de

discrimination et de harcèlement »

insistent les deux délégués Andrev Robo (CGT) et Franck Tonnerre (FO).


Pénibilité et précarité


Les revendications portent aussi « sur la prise en compte de la pénibilité, sur

l’adaptation des fiches de postes à la convention collective, sur la mise en

œuvre d’un plan de résorption de la précarité par l’embauche de salariés

actuellement intérimaires ou précaires… » Les grévistes n’entendent pas en

démordre.


Ils maintiennent la pression « dans l’attente d’une prise de position forte » de la

Région. La Sem Keroman s’était organisée pour pouvoir assurer la vente sous criée

ce jeudi. Mais la grève des agents non administratifs, qui représentent près de la

moitié des 87 salariés, impacte de facto l’activité des autres services du port.