• FO 56

Communiqué :TRANSPORT AERIEN

Soutien à la grève des salariés d'ADP :


L'Etat et la direction d'Aéroports de Paris doivent retirer leurs mesures de

casse sociale !


Depuis le début de la pandémie du coronavirus, le secteur du transport

aérien est dans une situation catastrophique, les salariés en sont les

premières victimes ! Cela fait plus d'un an, du fait d'une activité en

pointillée et au-delà du risque sanitaire auquel ils sont directement

exposés, qu'ils subissent des pertes importantes de rémunérations et une

forte dégradation de leurs conditions de travail. Toutes les prévisions et

les comparaisons internationales montrent que le trafic aérien a vocation à

reprendre progressivement avec la vaccination. Aéroports de Paris a

néanmoins élaboré un accord de rupture conventionnelle collective de 1150

salariés dont 700 qui ne seront pas remplacés.


Comme si cela ne suffisait pas, la direction de l'entreprise publique a

engagé de manière unilatérale un plan d'adaptation des contrats de travail

accompagné d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Cela se traduira par

une reprise de l'activité « d'avant-crise » avec parfois jusqu'à 20% de

salaire en moins et une mobilité géographique imposée pour les salariés.


La direction d'ADP et son actionnaire majoritaire, l'Etat, prennent le

prétexte de la situation de crise dans le transport aérien pour tenter

d'engranger toujours plus de profits en sacrifiant les salariés et préparer

le retour du projet de privatisation.


Quelles autres raisons pourraient justifier une telle casse sociale pour des

milliers de salariés ? Pourquoi paupériser davantage ces salariés ? Et pour

ceux qui resteront en place, souvent sur des plannings à horaires décalés,

pourquoi leur imposer une mobilité forcée engendrant une augmentation des

temps de trajets ? Et que dire de l'engagement d'une dépense de 1,2

milliard d'euros pour l'achat d'aéroports indiens ?


Les salariés d'Aéroport de Paris et leurs organisations syndicales, dont le

syndicat FORCE OUVRIERE d'ADP, refusent d'être les victimes de cette

politique qui ne se justifie pas ! Sans salariés, les avions resteront à

terre !


La grève s'organise dans les prochaines semaines et notamment pour la

période du 1er au 5 juillet ! La Fédération FORCE OUVRIERE de l'Equipement,

de l'Environnement, des Transports et des Services (FEETS-FO) apporte son

soutien à la grève des salariés d'ADP pour le retrait de l'ensemble des

mesures de casse sociale. La direction d'ADP et l'Etat, s'ils s'obstinent,

seront les seuls responsables des perturbations sur les vols à venir et

leurs conséquences sur les voyageurs !


Paris, le 7 Juin 2021


Pour tout contact:

Zaïnil NIZARALY, Secrétaire général

Michaël DELLIS, Secrétaire fédéral


Communiqué à télécharger