• FO 56

Communiqué de presse! Coup de gueule de la SNLA-FO le syndicat Force Ouvrière des artistes


Fédération des syndicats des Arts, du spectacle, de l’audiovisuel, de la presse, de la communication et du multimédia



Notre syndicat depuis 14 mois ne cesse d’exiger la réouverture des théâtres, des cinémas.



Tout le monde maintenant en convient : il n’y a aucune raison « sanitaire » à leur fermeture.

Le SNLA FO a participé et participe à toutes les manifestations contre l’Etat d’urgence, contre la loi « sécurité globale » et les lois liberticides. La fermeture des théâtres et salles de spectacle, est aussi une de ces mesures et la négation de notre raison d’être, parce que notre travail consiste à partager avec le public une expression.


Sans le public, elle n’existe pas.


Ce partage est celui d’une œuvre, d’une pensée, de la langue, de la musique, d’un regard sur le monde, sur l’humain, d’un voyage. Ce partage est une rencontre autour de l’objet artistique.

Face à l’acharnement du gouvernement contre nos métiers, contre la population empêchée d’aller au théâtre, au cinéma, dans les Musées et Monuments, il nous faut amplifier notre mobilisation. Unis, nous pouvons gagner.


OUI au débat, Non à la division


Depuis un mois des occupations ont lieu dans de nombreux théâtres. Contrairement à l’occupation nombreuse en 1992 du théâtre de l’Odéon, à laquelle nous avions pris une large part, aujourd’hui le nombre des occupants est limité et la profession ne peut pas s’y réunir. En 92 nous y tenions, dans l’unité, CGT, FO, non syndiqués parfois deux AG par jour. Ces AG étaient souveraines c’est-à-dire qu’elles décidaient des revendications et des actions à mettre en œuvre pour leur satisfaction.

Aujourd’hui la profession est conviée à des agoras qui sont des forums de débats mais pas des lieux de décisions, des AG qui décident ce dont la profession a besoin pour forger son unité autour de ses revendications.


Alors que les occupations se développent, que penser de messages comme :

« À mes amis qui réduisent l’occupation des 90 lieux de spectacle à une demande de réouverture, je dis : vous êtes hors-sujet. À mes amis qui n’ont pas lu les banderoles « Retrait de la réforme d’assurance chômage » présentes partout, je dis : informez-vous et arrêtez de vomir sur cette magnifique mobilisation pour de mauvaises raisons. À mes amis du monde de la culture qui n’ont pas compris que les lieux étaient occupés aussi par des intermittents hors spectacle, des chômeurs, des auteurs, des étudiants, je dis : allez occuper avec eux et

vous comprendrez peut-être mieux les enjeux de cette lutte. À mes amis qui pensent qu’il vaut mieux occuper ailleurs, je dis : les chômeurs n’ont pas de lieux, les théâtres appartiennent à tous, les débats passionnants lors des agoras organisées partout doivent s’amplifier. »


Quelle division, entre les uns et les autres ! Entre les revendications ! Et quelle confusion !

Pourquoi occuper les théâtres ? Et pas les ministères ? Pourquoi ne pas occuper les usines ? Parce que les ouvriers ne voudraient pas que d’autres occupent leur outil de travail ! Les occupations des théâtres doivent être faites par les professionnels du spectacle et toute personne qui les soutient et seules des AG souveraines peuvent et doivent décider des actions à envisager pour la satisfaction des revendications :


Les théâtres sont l’outil de travail des professionnels du spectacle

Nous voulons travailler oui et se saisir de nos théâtres pour amplifier la mobilisation de la profession.

Si nous gagnons sur la réouverture des théâtres et l’année blanche alors oui, ce sera un appui pour tous les salariés indignés contre la réforme de l’assurance chômage, les suppressions d’emploi, le télétravail...


Nous voulons ET la réouverture ET les droits sociaux et travailleurs du spectacle, il est de notre droit de défendre nos emplois, nos droits, notre outil de travail comme tous les autres salariés.


Mais comment gagner sur ces revendications ? En étant unis sur nos revendications, en amplifiant la mobilisation, contre le gouvernement qui est responsable :


- réouverture immédiate et totale des théâtres et de toutes les salles de

spectacle,

- renouvellement immédiat de l’année blanche pour tous sans exception,

- abaissement à 253h sur les 27 derniers mois pour les primo entrants du seuil

d’accès aux annexes 8 & 10,

- plan de relance de la culture, recrutement massif des jeunes dans toutes les

institutions théâtrales et chorégraphiques,

Mais pour gagner répétons-le, il faut des assemblées générales souveraines de professionnels du spectacle de l’audiovisuel, du cinéma dans le respect des opinions de chacun.


Unis nous pouvons gagner !


Le Conseil national, 16 avril 2021


Adhérez au Syndicat National Libre des Artistes Force Ouvrière


Télécharger le communiqué en PDF

45 vues0 commentaire