• FO 56

Ces oubliés de la crise sanitaire : étudiants, restaurateurs, personnes âgées ...

Ces oubliés de la crise sanitaire : étudiants, restaurateurs, personnes âgées ...

Depuis plus d'un an maintenant, la vie des français est bouleversée par la crise sanitaire. Entre confinement et couvre-feu, de nombreuses personnes ont été oubliées et laissées de côté. Parmi eux, les étudiants, personnes âgées, restaurateurs et encore beaucoup de métiers de l'ombre.


Étudiants : une jeunesse en détresse


Les étudiants se sentent complètement abandonnés par l'État depuis le début de la crise sanitaire.

Depuis le second confinement, les étudiants français n'ont pas pu retrouver les bancs des universités. Ils sont obligés de suivre des cours en distanciel, en passant des heures sur un ordinateur.


De plus, la plupart d'entre eux se retrouvent face à une très grande précarité. Effectivement, à cause des confinements et des restrictions liés au coronavirus, beaucoup d'étudiants ont perdu leurs emplois et souffrent d'une situation économique grave.

À cause de cet isolement, de la précarité, et du stress, les étudiants se retrouvent dans une grande détresse psychologique. On estime qu'un étudiant sur six a arrêté ses études et le taux de dépression est en augmentation. On observe également que le nombre de suicide a augmenté depuis 1 an chez les étudiants.

Devant ce désarroi, le gouvernement reste muet et vague. Pourtant, les étudiants sont en attente de réponses qui ne viennent pas.

Cette situation démontre l'importance d'être bien protégé. Aujourd'hui, il est difficile pour des étudiants de se faire entendre et encore plus quand on entre dans la vie active. Se syndiquer, c'est se protéger. À la sortie des études, et même sans emploi, vous pouvez vous syndiquer pour défendre vos droits, connaître vos aides et vous soutenir en cas de difficultés.


Les restaurateurs abandonnés et toujours non-essentiels


Parmi les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire, les restaurateurs gardent portes closes.

Depuis mars 2020, les restaurateurs ont dû baisser le rideau. Bien qu'il y a eu une réouverture de mai à octobre. Ils se retrouvent néanmoins en grande difficulté économique et beaucoup mettent la clé sous la porte.

La vente à emporter et les petites aides permettent à certains restaurateurs de subsister mais cela ne suffit pas.


Notre pays de la gastronomie voit tous les jours ses restaurants et brasseries s'éteindre. Pourtant, le gouvernement n'envisage pas la réouverture ou l'augmentation de leurs aides.

Force Ouvrière soutient les restaurateurs et se bat également pour leurs droits. Il n'est pas trop tard pour vous syndiquer afin d'être aidé et soutenu en cette période de crise.


Les seniors et leurs entourages dans l'ombre


L’isolement est une problématique qui touche particulièrement les personnes âgées. Avant les confinements, 300 000 personnes âgées étaient en état de mort sociale en France, c’est-à-dire qu’elles ne pouvaient s’appuyer sur aucun cercle de sociabilité. Cette situation a été aggravée pendant au cours du premier confinement. 650 000 personnes âgées n’ont eu personne à qui se confier pendant cette période.

Nous parlons bien ici d’un besoin, et non de préférences ou de confort. Passer du temps avec les autres nous est nécessaire au même titre que de manger, boire ou dormir. Une étude publiée récemment par des chercheurs chinois montre par exemple que les échanges via internet sont des mauvais prédicteurs de la qualité de vie, au contraire des échanges en présentiel.


Réflexion d'un confiné avec Boris Cyrulnik


FO est solidaire auprès de tous ses adhérents


FO ce sont des femmes et des hommes libres dans une organisation indépendante, ensemble pour acquérir une force leur permettant de défendre leurs droits, d’en obtenir de nouveaux, de se faire respecter.

15 000 implantations syndicales réparties sur tout le territoire (métropole et DOM TOM avec 103 Unions Départementales), dans tous les secteurs d’activité avec des Fédérations


nationales et regroupés au sein de la Confédération Force Ouvrière.

Notre rôle : Regrouper les salariés (actifs, chômeurs et retraités) au-delà de leurs choix politiques, religieux ou philosophiques pour représenter leurs intérêts communs (adhésion en ligne).


Les statuts de l’organisation constituent la charte commune, délibérément choisie (statuts de Force Ouvrière).


Le syndicat n’a pas vocation au pouvoir, son rôle est d’être un contrepoids à tout pouvoir. Au plan européen et mondial, Force Ouvrière est membre de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et de la Confédération Syndicale Internationale (CSI). FO participe aux travaux du Comité syndical consultatif auprès de l’OCDE (TUAC). Elle est également impliquée dans les « Activités pour les travailleurs » de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Genève.


FO56 à votre écoute.